Un centre d’analyse de qualité de cacao, est actuellement en train d’être mis en place à Ambanja dans la région Diana, au Nord de la Grande-île.

Le ministère du Commerce et de la consommation veut maintenir la filière du cacao dans une filière de qualité via le Conseil national du cacao (CNC). La mise en place de ce centre de contrôle est déjà un premier pas pour atteindre une meilleure qualité, voire une quantité compétitrice. Le gouvernement a fait beaucoup d’effort avec le projet Pôles intégrés de croissance (PIC), mais cela n’a pas encore suffi. La qualité du cacao malgache est actuellement en baisse à cause des vieilles racines, comme les cacaoyers de la région Diana qui ont aujourd’hui presque 50 ans.

En phase. Ce laboratoire sera chargé de tester, classifier et certifier la qualité des cacao produits à Madagascar selon les normes avant de les exporter. « Nous sommes encore dans la phase de mise en place du laboratoire qui va travailler avec d’autres services du ministère. Ce centre devrait être opérationnel d’ici le premier semestre de 2018 », confirme Phillipe Fontayne, vice-président du CNC, lors de la quatrième réunion du conseil, hier au Tana Hôtel sis à Antaninarenina. Mais Eric Ranaivosoa, membre du groupement des acteurs de cacao de Madagascar, s’inquiète « La mise en place de ce laboratoire ne va pas affecter directement le prix du cacao, mais juste augmenter la qualité de ce dernier ». Dans une vision à long terme, Phillipe Fontayne rassure « Nous essayerons d’accroître le volume pour augmenter les revenus des paysans ».

Petite production. Selon le ministre du Commerce et de la consommation, Chabani Nourdine, « il faut protéger la filière cacao, la concurrence internationale est très rude ». Le cacao malgache n’arrive pas à concurrencer celui des pays africains, faute de quantité et de qualité, ou encore d’infrastructures. Des problèmes qui touchent directement les producteurs-planteurs, les récolteurs et les transformateurs. Actuellement, la production de cacao malgache est très faible, 7000 tonnes par année, par rapport à celle du Ghana à un million de tonnes ou de la Côte d’Ivoire, deux millions de tonnes.

Tsiry Razafindrazaka

Publié le 17 Nov 2017 sur L'Express de Madagascar